Ένα παιδί 18 χρονών, στις μέρες του φθινοπώρου μου


Ένα αριστούργημα της Νταλιντά, ταπεινό όπως κι εκείνη, που τα είχε όλα, αλλά αισθανόταν ότι δεν έχει τίποτα. Μέχρι εκείνη τη μέρα που πήδηξε από το μπαλκόνι της. Όποτε την ακούω, νιώθω εκ μέρους της ένα είδος σχεδόν μητρικής τρυφερότητας - κι ας είναι, ειδικά αυτό το τραγούδι, ο ύμνος της  απελεύθερης ξεπέτας. Εκείνο το αίσθημα, την ώρα που έχεις τελειώσει και ντύνεσαι να φύγεις...

 

Et pendant qu'il se rhabillait/ Déjà vaincue, je retrouvais ma solitude



Il venait d'avoir dix-huit ans
Il était beau comme un enfant
Fort comme homme
C'était l'été évidemment
Et j'ai compté en le voyant
Mes nuits d'automne

J'ai mis de l'ordre à mes cheveux
Un peu plus de noir sur mes yeux
Ça l'a fait rire
Quand il s'est approché de moi
J'aurais donné n'importe quoi
Pour le séduire

Il venait d'avoir dix-huit ans
C'était le plus bel argument de sa victoire
Il ne m'a pas parlé d'amour
Il pensait que les mots d'amour
Sont dérisoires

Il m'a dit: "J'ai envie de toi"
Il avait vu au cinéma "Le Blé en herbe"
Au creux d'un lit improvisé
J'ai découvert, émerveillée
Un ciel superbe

Il venait d'avoir dix-huit ans
Ça le rendait presque insolent de certitude
Et pendant qu'il se rhabillait
Déjà vaincue, je retrouvais ma solitude
J'aurais voulu le retenir

Pourtant je l'ai laissé partir
Sans faire un geste
Il m'a dit: "C'était pas si mal"
Avec la candeur infernale de sa jeunesse
J'ai mis de l'ordre à mes cheveux
Un peu plus de noir sur mes yeux
Par habitude
J'avais oublié simplement
Que j'avais deux fois dix-huit ans

Pascal Auriat / Jean Bouchety / Serge Lebrail / Pascal Sevran
© Sony/ATV Music Publishing LLC, EMI Songs France

Η Dalida στο σπίτι της στη Shubra, στο Κάιρο
Η Dalida στο σπίτι της στη Shubra, στο Κάιρο